12 janvier 2015 ou le manifeste du vivre ensemble

Note :

Hier soir, en faisant le ménage sur mon ordinateur portable je suis retombé sur un petit fichier texte qui trainais.

J'avais écris ce texte début Janvier, et l'ai redécouvert avec plaisir et vous le fait partager.

 

12 Janvier 2015

Comment revenir sur la semaine dernière ? Comment faire un constat sur l'extraordinaire ?

Extraordinaire, est pour moi le meilleur mot. Comment qualifier autrement des événements qui provoquent un ascenseur émotionnel simultané à tout un pays ?

 

A vrai dire, je me suis toujours demandé si lorsque-l-on vie un événement grandiose, se rend-t-on compte que ce dernier sera un fait marquant de l'Histoire de son pays ou du monde ?

 

En novembre 1989, lors de la chute du mur de Berlin, signe de la fin de la guerre froide, j'avais 5ans. Autant dire que les seuls souvenirs que j'ai de l’événement sont ceux que l'on m'a rapporté.

En Septembre 2001, destruction des tours jumelles à New York, Pearl Harbour 2 comme l'on décrit certains observateurs, j'avais 17 ans. Pourtant je n'ai pas compris ni eu le recul nécessaire pour me rendre compte à quel point ces heures marquait la fin d'un monde que j'avais toujours connu.

 

Nous voilà le 12 janvier 2015. Hier la France s'est levé contre une menace et une agression. Certain relativiserons les chiffres. Un pays de 66 millions d'habitants, face à un monde à plus de 7 milliards, a peine un pour cent. Avec plus de 4 millions de personnes dans les rues du pays, soit un peut plus de six pour cent de la population du pays. Présenté comme cela, il est vrai que cela est anecdotique, mais comme toujours le symbole est plus important que les nombres.

 

Pourquoi ces personnes ont-elles manifestées ? Pour rendre hommage à un journal satirique qui à été la cible d'une attaque meurtrière ? Pour rendre hommages aux personnes prise en otage dans une supérette ? Pour rendre hommages aux forces de l'ordre qui ont, pour certain donné leur vie pour leur mission, montré à la face du pays quel est leur mission ? Pour toutes les libertés (presse, expression, religion) dont nous jouissons en France ? Ou encore pour signer un manifeste du vivre ensemble à la française ?

 

Personnellement, je me reconnais dans la dernière. Ce vivre ensemble à la française, ce mode de vie où la communauté civil n'existe que dans l'espace publique. Passez la porte de qui vous voulez, vous y trouverez un pan de sa culture personnel, qu'il soit breton, basque, tunisien, russe, algérien, allemand, portugais. C'est ce modèle qui fait la force de notre pays, la France, unie et indivise n'existe que dans la rue. A l'intérieur du logement de chacun d'entre nous, cette France est celle de chacun.

 

Je me rends compte de cette chance qui est la nôtre. D'avoir grandis dans une époque où encore on prenait le temps de découvrir l'autre. Je me rappellerai toujours ce soir de Ramadan où des voisins nous invitèrent à manger chez eux. Le repas de quartier pour fêter la rupture du jeune, n'est-ce pas la plus belle marque de ce vivre ensemble ?

 

Aujourd'hui, prêt de vingt ans plus tard, j'entends ici et là des slogans je suis chrétien, je suis juif, je suis musulman, je suis français, c'est étrange de ce dire qu'en 1990, il n'y avait que des potes. Pourquoi se représentons nous par nos religions alors que celles-ci n'ont de sens qu'a l'intérieur de chez nous ?

 

Aujourd'hui, nous sommes le 12 janvier 2015. Premier jour d'une nouvelle semaine, et j'espère d'une nouvelle manière dont notre pays a de se regarder le nombril. Je suis français, mais avant tout je suis tolérant et ouvert d'esprit. La découverte de l'autre est une richesse bien plus importante que la défense de ce que l'on est.